Interview de Marian Georgiou avec Despina Dimotsi

Marian est née à Nicosie et a grandi à Limassol. Elle est diplômé de la faculté de droit de l’Université d’Athènes, orthophonie et chant léger, théories avancées et piano. Elle se fait connaître du grand public avec la sortie de la version dance de la chanson traditionnelle chypriote « Ta Rialia » en 2007.

Dans les années suivantes, début 2011, elle sort son premier single anglais international intitulé “November” sur le maison de disques interscope. La chanson est la version anglaise de la chanson italienne “Novembre” chantée pour la première fois par Giusy Ferreri. Elle a été suivi par son premier single italien d’Universal Music Group intitulé “Abbracciami – This is love”, mettant en vedette l’un des auteurs-compositeurs italiens les plus célèbres, Roberto Casalino, puis “Vero”, “Grande amore”, dont il a été arrangé en grec par Antonis Remos, dans la chanson ‘Roma – Atene’, ‘Rome – Athènes’. (publié en deux versions, l’italienne et la gréco-italienne par Minos/EMI/Universal).

Ensuite vient la grande collaboration avec le ténor international grec Mario Fragoulis et la légendaire star italienne Gigi D’Alessio dans la chanson “Never bend – La soluzione”.

Ensuite vient la collaboration avec la performeuse grecque Kalliopi Vetta et la soprano internationale italienne Francesca Maionchi dans la chanson « Se non ritorni ». Elle a également collaboré avec la star italienne Raffaella Carrà et a également participé à l’un des derniers albums hommage au grand compositeur grec Mikis Theodorakis, interprétant la chanson écrite pour Chypre, “Green Leaf”.

Le 18 mars, “Vivo per te” est sorti, une collaboration avec le créateur et producteur italien de renommée internationale Marco Marinangeli, qui a écrit la musique et les paroles italiennes de la chanson, et le 1er avril, la version espagnole de la chanson est sortie en Espagne et en Amérique Latine.

DD: Décrivez-nous vos années d’enfance dans la belle île de

Chypre. Quels étaient alors les rêves de Marian ?

MG: Je suis né et j’ai grandi à Chypre dans une belle famille qui m’a permis de vivre une très belle et insouciante enfance. La musique est venue dans ma vie très tôt avec des leçons mandoline alors que j’étais membre de l’un des chœurs les plus célèbres de Chypre, le Spiritual Groupe Limassol. Dès mon plus jeune âge, j’ai réalisé que lorsque je serais grand, j’aimerais être impliqué dans la musique et le chant ! Puis j’ai rêvé d’une carrière musicale en Grèce !

DD:Comment avez-vous combiné l’école de droit avec votre amour pour la chanson? Vos études sont très exigeantes, comment avez-vous réussi à tout réussir ?

MG: J’ai étudié le droit et la musique en même temps alors que je me souviens d’être entre la fac de droit et le conservatoire. Les deux étaient des études difficiles et exigeantes. Mais j’aimais tellement la musique et le chant que j’ai réussi à combiner les deux ! Le droit m’a aidé à élargir mes horizons car c’est une science qui nous offre une formation plus spécialisée mais aussi plus généraliste et cela a par la suite contribué à ma décision d’élargir mes horizons musicaux à l’étranger.

DD: Votre expansion dans la musique dans tant des pays nécessite une bonne connaissance de leurs langues. Combien de langues parlez-vous et dans quelle mesure cela vous a-t-il aidé à faire entendre vos chansons partout ?

MG: Au début, je connaissais bien la langue anglaise. La langue italienne est entrée dans ma vie plus tard alors que j’avais déjà fait mes premiers pas sur la scène musicale italienne. J’ai tellement aimé cette langue que j’ai commencé à apprendre l’italien. Connaissant la langue italienne, c’était facile de commencer à comprendre également la langue espagnole, qui est proche de l’italien et du grec, j’ai donc également réalisé mon premier enregistrement en espagnol. Je ne vous cache pas que mon désir est de chanter dans d’autres langues, comme le français, mais aussi de faire connaître la belle langue grecque à l’étranger ! Certes, interpréter dans d’autres langues aide aussi à développer sa carrière à l’étranger mais cela seul ne suffit pas, c’est un ensemble de choses qui y contribuent, combinées à un travail acharné.

DD : Si vous aviez l’opportunité de collaborer sur un projet d’enregistrement majeur dans un pays étranger, lequel choisiriez-vous et pourquoi ?

MG : De manière générale, je suis ouverte à de nouveaux challenges. De temps en temps, οn m’a proposé de participer à des travaux d’enregistrement à l’étranger. Mon critère n’est pas le pays, mais le travail d’enregistrement pour être proche de ma propre hauteur et perception musicale. Bien sûr, j’aimerais que ma voix et mes chansons voyagent dans le plus de pays possible.

DD: Quelle a été votre plus forte collaboration ? Quelle personnalité vous jugez comme la plus importante, laquelle a laissé une marque indélébile sur la musique pendant des décennies.

MG: Je suis béni parce que j’ai fait des collaborations très importantes et puissantes jusqu’à présent. Je souligne définitivement la collaboration avec la légendaire star italienne Gigi D’Alessio et aussi la collaboration avec la légendaire star italienne, Raffaella Carrà ! Mes collaborations avec les compositeurs internationaux Grammy Marco Marinangeli et Manuel Herrera Maldonado ont également été très importantes. Certes, Raffaella Carrà a laissé une marque musicale indélébile sur la scène musicale italienne et européenne, influençant la culture de la musique pop en Italie et en Europe pendant des décennies. Une personnalité importante, une artiste et une grande femme avec qui j’ai eu le grand plaisir et l’honneur de travailler !

DD: Pensez-vous que la musique ainsi que les interprétations des chansons dans les langues des pays méditerranéens sont injustes par rapport à la langue anglaise et à l’industrie de la musique en Angleterre et en Amérique ?

MG: Je crois que l’industrie mondiale de la musique a considérablement changé ces dernières années et en plus des chansons en langue anglaise qui deviennent plus facilement des tubes, nous remarquons que les chansons en langue espagnole deviennent également des tubes à l’international aussi bien en langue italienne pex le cas d’Andrea Bocelli qui a réussi à grimper avec ses chansons au sommet des palmarès de la musique mondiale. Par conséquent, je dirais que le langage n’est pas si restrictif car la manière de promouvoir la musique à travers les multiples plateformes qui existent sur Internet a également changé.

DD: Ayant de l’expérience dans l’institution de l’Eurovision, vous pouvez nous donner votre avis sur les compétitions des dernières années. Chypre pourrait-elle atteindre la première place ?

MG: Depuis mon plus jeune âge, j’ai suivi avec un intérêt particulier le concours international de la chanson Eurovision jusqu’à aujourd’hui, participant même à mes premiers pas dans la phase de qualification de la sélection de la chanson pour Chypre et la Grèce. Bien sûr, la compétition de nos jours est principalement une émission de télévision et non une compétition de chant, mais ce ne sera toujours pas l’une des compétitions musicales les plus anciennes au monde. Chypre s’est rapprochée de la première place avec Eleni Foureira et je pense qu’elle peut également atteindre la première place. Ce n’est pas une question de recette pour gagner l’Eurovision, je pense que c’est une combinaison de choses et de circonstances dans l’année donnée. Une belle chanson et une très bonne présence scénique sont sans aucun doute les plus importantes.

DD: Après la version espagnole de votre chanson en Espagne et en Amérique latine, quels sont vos prochains projets ? Faut-il s’attendre à d’autres versions dans d’autres langues ?

MG: C’était un défi agréable pour moi de chanter en espagnol pour la première fois et je le dois au compositeur mexicain international Manuel Herrera Maldonado qui m’a convaincu de jouer en espagnol et d’étendre ma carrière en Espagne et en Amérique latine. Je suis déjà en train de choisir la prochaine chanson espagnole. La scène musicale en Amérique latine est énorme avec de nombreuses possibilités et opportunités, donc j’aimerais essayer différents genres de musique dans ces pays. Je n’ai pas l’intention d’enregistrer “Vivo per te” dans une autre langue que l’italien et l’espagnol, mais j’envisage sérieusement la possibilité d’enregistrer mon nouveau single international dans une autre langue que celles que vous avez déjà entendues !

Από ermag

Αφήστε μια απάντηση

Η ηλ. διεύθυνση σας δεν δημοσιεύεται. Τα υποχρεωτικά πεδία σημειώνονται με *