Interview de Katerina Stefanidis avec Despina Dimotsi.

Katerina Stefanidis est championne du saut court, médaillée d’or olympique et championne du monde. Elle a remporté la médaille d’or aux Jeux olympiques de 2016 avec un saut de 4,85 mètres et a également participé aux Jeux olympiques d’été de 2012 et 2020. Elle a un record de 4,91 mètres à l’air libre et de 4,90 mètres à l’intérieur.

Elle est championne d’Europe d’athlétisme en salle (2018) et du Diamond League (2019), championne aux Championnats du monde d’athlétisme en salle, championne aux Championnats d’Europe d’athlétisme en salle et a remporté deux fois la médaille de bronze au Championnat du monde d’athlétisme en salle.

Elle est devenue championne d’Europe au Championnat d’Europe à Amsterdam en 2016 (avec 4,81 m), championne d’Europe aux Championnats d’Europe en salle en 2017 (avec 4,85 m) et championne du monde aux Championnat du monde d’athlétisme à Londres en 2017 (avec 4,91 m ), ce qui la place à la cinquième place du saut court de tous les temps.

Elle a remporté un total de 10 médailles dans tous les championnats sportifs internationaux. Elle a été nommée athlète de l’année en Europe en 2017 et athlète de l’année en Grèce en 2017 et 2019. Elle est largement considérée comme la meilleure athlète de l’histoire du sport grec. En septembre 2020, elle a été annoncé qu’elle retournerait à l’Institut SPIRE pour se préparer aux Jeux olympiques de 2020.

FRENCH EDITION, ISSUE 3 ETE 2022

DD: Vous avez conquis tout ce dont rêve un athlète. Comment te sens tu à propos de ça?

ΚS: Il y a 2-3 ans j’aurais répondu…. je ne ressens aucune différence comme avant. Mon quotidien est rempli de beaucoup d’entraînement et de récupération. Maintenant, je vais répondre un peu différemment. J’ai l’impression qu’en raison de ma longévité, je suis devenu un modèle pour certains enfants. Cela me rend heureux mais crée également un fardeau pour moi en termes de ce que je vais dire et de comment je vais me comporter. Mais je veux croire que je suis devenue un modèle pour certaines personnes, non pas à cause de mes succès sportifs mais à cause de qui je suis en tant que personne.

DD: L’Amérique est considérée comme la terre des opportunités. Comment est la vie là-bas pour un athlète qui décide de quitter la Grèce et de poursuivre son rêve ?

ΚS: Lorsque j’étais étudiant, la vie était très différente de celle d’un étudiant-athlète actif en Grèce. Tout est beaucoup plus proche donc vous ne mangez pas des heures dans la voiture et les professeurs comme les entraîneurs comprennent que vous n’êtes pas là juste pour étudier ou juste pour faire du sport mais pour les deux. Je ne considère plus ma vie comme très différente de celle d’un athlète professionnel en Grèce. Pour être précis, nous sommes en Grèce environ six mois par an et vraiment notre vie n’est presque pas différente pendant ces six mois.

DD: Le championnat et les études lorsqu’ils sont menés simultanément ont de grandes exigences. Comment avez-vous réussi à exceller dans les deux avec un grand succès ?

ΚS: J’ai appris dès mon plus jeune âge à bien gérer mon temps. Mais comme je l’ai dit plus tôt, les conditions à l’Université ont aussi beaucoup aidé. Cependant, à un moment donné, j’ai senti que tant que je les faisais en parallèle, je ne me donnais pas à 100% pour les deux. Ils étaient tous les deux un peu en retrait. Et c’est pourquoi en 2015, j’ai décidé de prendre une année sabbatique dans mes études et bien sûr depuis lors, en raison d’obligations de course, je n’ai pas pu revenir.

DD: En Grèce, on promeut des sports plus spécifiques et pas tous comme il se doit. À quel point cela a-t-il changé après vos grands succès et ceux des autres athlètes ?

ΚS: Je ne pense pas que cela ait beaucoup changé. Il y a toujours eu une démonstration de nos sports lors des Jeux olympiques et des championnats du monde. Mais jusque là. Sur la piste par exemple il y a 15 Diamond Leagues par an qui sont aussi difficiles qu’un championnat du monde ou les JO et peu sont malheureusement concernées. En Grèce, la meilleure promotion n’est plus donnée aux sportifs (quel que soit le sport) mais aux joueurs de télé-réalité.

DD: Comment est né le saut court et comment s’est-il imposé par rapport aux autres sports que vous aimiez ?

ΚS: Quand j’étais petit, je m’ennuyais très facilement et la raison pour laquelle je restais proche était qu’il y avait une grande variété. Plus tard, quelques succès sont venus et, en tant que petit enfant, j’étais quelque chose que j’aimais vraiment.

DD: Qu’est-ce qui vous a donné la force de continuer ce que vous faites quand il y a eu des difficultés ?

ΚS: Que j’aime vraiment ce que je fais. J’ai une opportunité unique de travailler au quotidien avec mon mari dans un objet que nous aimons beaucoup tous les deux et malgré les difficultés nous en profitons au quotidien.

DD: Carrière sportive ou famille ? Comment ces deux peuvent-ils être combinés.

ΚS : J’ai répété que je ne pouvais pas avoir d’enfants, puis les quitter et voyager. Ici, je nourris des chatons errants et je m’énerve quand nous partons pour un combat hahaha. Donc je n’aimerais pas être une athlète active et une maman. Aussi, contrairement à mes déclarations des années précédentes, je ne sais pas si je veux être maman. Je ne sais pas si je veux mettre au monde un enfant avec tous ces problèmes. C’est peut-être très pessimiste mais c’est ce que je ressens en ce moment.

DD: Reviendriez-vous à un moment donné dans le futur, en Grèce ? Et pourquoi;

ΚS: Oui, nous en avons beaucoup discuté avec mon mari à propos de l’avenir et il le veut aussi. Bien que je pense qu’en ce moment nous avons un équilibre parfait avec six mois en Amérique et six en Grèce. Le pourquoi est le mode de vie. Que nous travaillons pour vivre, nous ne vivons pas pour travailler.

Από ermag

Αφήστε μια απάντηση

Η ηλ. διεύθυνση σας δεν δημοσιεύεται. Τα υποχρεωτικά πεδία σημειώνονται με *